Formation

Soft Skills : plus importantes que les compétences techniques ?

Les soft skills ont le vent en poupe ces derniers temps. Pourtant si le terme peut paraître galvaudé, les faits sont là : les offres d’emploi font la part belle aux soft skills, les formations à ce sujet se multiplient et les articles de presse en font les compétences indispensables de demain.
Créer une culture d’entreprise _apprenante au sein de l’organisationUne omniprésence qui amène à se demander si elles n’ont pas pris le pas sur les compétences techniques, à l'obsolescence programmée.

Avant d’entrer dans le cœur du sujet, reprenons la définition proposée par Julien Bouret, expert Soft Skills et auteur du livre “Comment repositionner son métier à l'heure de l'intelligence artificielle”.
Les soft skills sont les compétences comportementales qui améliorent notre expérience quotidienne,

  • que ce soit sur le plan personnel (par exemple la capacité à gérer notre stress, nos émotions, notre temps),
  • sur le plan interpersonnel (par exemple notre capacité à communiquer, à coopérer, et à écouter) 
  • et sur notre capacité à nous adapter à notre environnement, à la fois dans le moment présent et futur (par exemple notre créativité, notre capacité à innover, à se projeter et à anticiper).

Si ce terme est aujourd’hui largement utilisé, ce n’était pas le cas il y a quelques années. 

D’ailleurs, Christophe Patte, expert RH, le souligne : “Quand j’ai démarré dans la fonction RH, il y a 20 ans, lorsque l’on faisait les cartographies de compétences, on s’attardait principalement sur les compétences techniques, et les savoir-être étaient vraiment secondaires. Aujourd’hui on dirait que cette tendance s’est inversée”.

Prenons un exemple.
Voici une offre d’emploi actuelle pour un poste de développeur, à Paris. 

la part des soft skills dans une description d'emploi

Si l’offre indique les compétences techniques requises, l’emphase est clairement mise sur les compétences “non techniques”.

On le voit, aujourd’hui les soft skills ne sont plus optionnelles.

D’ailleurs, lors de notre webinar, nous avons posé la question suivante aux participants :l'importance des soft skills

 

Plus de 50% des RH participants au webinar pensent que les Soft Skills sont aussi, voire plus, importantes que les compétences techniques.

Alors est-ce que les soft skills sont devenues plus importantes que les compétences techniques, en entreprise?

En réalité, pour Julien Bouret, “les soft skills sont indissociables des hard skills”. “Les unes influencent les autres, tout simplement.”

Une compétence n’est pas simplement technique. En effet, il est compliqué, voire impossible, de mobiliser avec précision une compétence technique sans un solide socle de soft skills. 

De la même manière, une soft skill prise de manière isolée n’a pas d’intérêt.

C’est pourquoi on parle de complémentarité de la compétence : les soft skills accompagnent les hard skills, et les compétences techniques permettent de mettre en pratique les soft skills.
Les deux sont donc intimement liées, il ne faut pas les opposer.

Prenons un exemple concret:

Un développeur, très compétent techniquement, crée un nouvel outil performant pour faciliter le quotidien de ses collègues.
Parce qu’il n’est pas à l’aise pour communiquer, il n’explique pas correctement et simplement le bon fonctionnement de l’outil à ses collègues.

Résultat : aucun collaborateur n’est en mesure d’utiliser l’outil efficacement.

On comprend bien que les meilleures compétences techniques peuvent être sérieusement malmenées si les soft skills adéquates ne sont pas présentes.

Pourquoi a-t-on cette sensation que les soft skills sont devenues plus importantes?

Du fait de l’accélération de l’automatisation, beaucoup de compétences techniques deviennent rapidement obsolètes. Il faut remettre en permanence en question son métier.

Et ce sont les soft skills, capital de compétences comportementales, qui permettent de ne pas subir le changement mais au contraire d’en être acteur, voire même de le créer. 

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle une conscience à propos de ces compétences s’affirme aujourd’hui : les soft skills sont des aptitudes essentielles pour traverser les enjeux de transformation, d’aujourd’hui et de demain, qui touchent toutes les entreprises, quels que soient leur secteur ou leur taille.

Les soft skills sont donc essentielles et feront la différence pour les entreprises.

Les Soft Skills et la digitalisation : Un état d’esprit

Tout ce qui est numérique, tout ce qui touche aux technologies nous incitent à nous adapter, et donc forcément à faire des erreurs.

Il faut donc repenser notre culture d’entreprise, et plus particulièrement notre rapport à l’échec, pour être plus agile et changer notre regard sur l’efficacité. Par exemple, le stress chronique, n’est pas un moteur de performance. C’est donc l’ensemble de nos méthodes de travail qu’il faut repenser pour favoriser le développement des soft skills sur le long terme. 

Faire confiance à un collaborateur, créer une intelligence collective et donner de l’autonomie sont des facteurs clés dans le succès du développement de ces compétences.

Concrètement, comment développer les soft skills :

  • Par la formation continue,
  • la pratique, 
  • l’expérimentation, 
  • la mise en situation, 
  • et le fait d’apprendre à activer les bonnes soft skills dans certaines situations données, avec bien sûr l’accompagnement de coachs et de spécialistes. 

Dans une période où la formation est plus que jamais nécessaire, les entreprises doivent transformer leurs modes d'apprentissage pour s'adapter à ce contexte exceptionnel. 

C’est la capacité de l’ensemble des collaborateurs à  gérer le changement qui fera la différence. 

Pour aller plus loin : 

Astrid Bertout

Passionnée par l'éducation, Astrid écrit sur de nombreux sujets pour guider les entreprises à faire face aux enjeux de la transformation digitale. Du recrutement à la formation, son objectif est de vous aider à développer les compétences de vos talents.

Restons en contact ?

Evolution des métiers, digitalisation, actualité et réglementation… Recevez nos meilleurs contenus en matière de formation.

Dans la même catégorie

Success stories

Créer son école digitale : la stratégie des groupes Vivendi, Havas et Bolloré

Les groupes Vivendi, Havas et Bolloré ont récemment inauguré leur école digitale innovante GABEREEK. Une initiative unique, lancée en partenariat avec OpenClassrooms.

Continuer

Sciences Po Grenoble hybride présentiel et distanciel : REX

Comment préparer au mieux les étudiants à leur entrée sur le marché du travail dans un environnement en constante évolution ?

C’est l’un des enjeux auquel font face les établissements de...

Continuer