Skip to content

Quel futur pour la formation à l’ère du digital ?

Quel futur pour la formation à l’ère du digital ? - Image

Les chroniques #FutureOfWork documentent les changements positifs du travail et des organisations, afin de contribuer à renforcer l’employabilité dans le monde de demain.

Dans un monde qui se transforme de plus en plus vite, la formation des talents tout au long de la vie est plus que jamais un enjeu majeur. Les entreprises doivent relever le défi de former régulièrement leurs collaborateurs à des compétences qui ont pourtant une durée de vie de plus en plus courte.

0 temps fort de cet article

En effet, d’après l’étude Tendances RH 2020 de Deloitte, 53% des apprenants estiment que leurs compétences devront être renouvelées dans les trois prochaines années.

La crise du COVID a été un électrochoc, qui bien sûr, pousse à l’accélération de la digitalisation des parcours de formation. Mais, on ne peut apprendre uniquement derrière un écran. C’est pourquoi il faut s’interroger sur le futur du learning, à l’ère du digital.

La formation est un enjeu majeur pour fidéliser les talents

Pour documenter ce sujet, rencontre avec deux grands témoins aux points de vue complémentaires sur ce sujet :

    • Stéphanie Fraise, VP Global Talent Management chez Blablacar
    • Agnès Montenvert, Directrice du Learning & Development chez Deloitte

Il apparaît qu’il est clef de relier les parcours de formation avec les enjeux business de l’entreprise.

C‘est d’ailleurs ce qu’a fait Blablacar en 2020, en continuant à investir sur les talents, malgré une tendance business en décroissance du fait de la pandémie et de l’arrêt des déplacements qui en découle. D’ailleurs pour Stéphanie Fraise, « la formation est un enjeu majeur chez Blablacar pour attirer et fidéliser les talents ».

La stratégie de formation devient de fait un des leviers de la performance durable des entreprises, comme le précise Stéphanie :

« Le learning est un outil majeur pour servir le futur du business et pour permettre aux collaborateurs de s’épanouir individuellement »

Stéphanie Fraise

VP Global Talent Management Blablacar

stéphanie-fraise
stéphanie-fraise

Comment former efficacement à distance ?

« La personnalisation des parcours de formation, c'est la tendance du moment » explique Agnès Montenvert qui insiste quant à elle sur la notion de parcours de formation, de plus en plus adapté au besoin de chaque individu. Le micro adaptive learning a en effet le vent en poupe.

En partant d’un test évaluant les points d’amélioration de l’apprenant, l’objectif est de lui proposer un parcours sur-mesure adapté à son niveau et ses besoins.

« Le futur du learning, c’est de penser et déployer des parcours d’apprentissage personnalisés, développant les hard et les soft skills et permettant à l’apprenant d’en sortir grandi. »

Agnès Montenvert

VP Global Talent Management Deloitte

agnès montenvert

Par ailleurs, Agnès dépeint les rituels indispensables pour que l’apprentissage à distance permette de continuer à tisser du lien dans l’entreprise.

Quizz, groupes d’échange, gamification ou encore un café virtuel avant le démarrage de la session sont autant d’opportunités pédagogiques pour permettre les interactions entre les participants.

Tout l’enjeu est que le distanciel ne transforme pas les sessions en un monologue descendant du formateur.

D'ailleurs, les modules qui permettent de se former où l’on veut, quand on veut, et sur tout type de supports ont clairement le vent en poupe.

Enfin, la formation doit être le plus collaborative possible, car chacun apprend de ses pairs, dans les temps de formation et en dehors de ceux-ci. Il faut plus que jamais casser les silos.

Pour découvrir l'ensemble des échanges avec Isabelle et Stéphanie, visionnez le résumé de la discussion sur le futur du Learning.

Vous pouvez aussi voir le replay intégral.

L’apprenant doit être au cœur du dispositif.

La formation transforme l’entreprise, et diffuse sa culture entre des équipes différentes et à l’extérieur de l’organisation. D’ailleurs pour Stéphanie Fraise, « la formation favorise la transversalité et le sentiment d’appartenance à l’entreprise ».

Mais le futur du learning se construit surtout en rendant chaque collaborateur plus autonome.

Les suggestions de compétences et de parcours proposés par l'Intelligence Artificielle sont des possibilités que les directions des ressources humaines envisagent, tout en s’assurant du bon alignement de celles-ci avec la stratégie et les besoins de l’entreprise.

Aujourd’hui « les collaborateurs doivent renouveler l’ensemble de leurs compétences dans un délai de trois ans » explique Agnès.

L’IA fonctionne alors comme un vecteur qui pousse des suggestions de contenus de formation adaptés, afin de faire progresser chaque apprenant efficacement.

Les équipes RH gagnent du temps en automatisant le recueil des besoins, le suivi des compétences acquises et du rythme des apprentissages.

Elles peuvent alors se focaliser sur le conseil tout au long du parcours et l’aide à la décision auprès des talents, sur base des propositions faites par l’Intelligence Artificielle. Le futur du learning passe en effet par une intensification du mentorat et de coaching individuel.

D’ailleurs « le futur du learning, c’est l’accompagnement dans le temps » conclut Agnès.

VOIR LA VIDEO