Soft skills : la clef d’un bon recrutement ?

scroll

Alors que les recruteurs éprouvent de grandes difficultés à attirer des profils tech, pourquoi ne pas se focaliser davantage sur des compétences comportementales ? C’est la conviction de nombreux experts.

Recruteur cherche pépite…

60% des entreprises déclarent avoir du mal à recruter un profil technologique, une proportion qui monte à 85% pour les fonctions R&D. Tel est l’un des constats principaux de l’étude « People in Tech » publiée fin mars par Tech In France, le syndicat professionnel de l’industrie du numérique, et le courtier Apollo Conseil (l’étude est consultable ici). Les métiers les plus recherchés sont les spécialistes de l’interface utilisateur et de la création numérique. Pour ces profils, les responsables RH utilisent entre trois et quatre canaux de recrutement différents.

 

Privilégiez une approche comportementale !

Mais à trop vouloir trouver LA pépite, ne s’épuisent-ils pas à mener des enchères coûteuses et parfois inutiles ?

Certains experts n’hésitent pas à prôner une toute autre approche : celle des compétences comportementales, soft skills en anglais. Ne serait-ce que par pragmatisme : les savoir-faire techniques évoluent à vitesse grand V. L’important n’est pas tant de les maîtriser, que de savoir sans cesse s’adapter.

Adaptabilité, confiance en soi, gestion du stress et des émotions, créativité, curiosité, voilà une liste non exhaustive des soft skills sur lesquels l’entreprise peut solidement s’appuyer, selon les consultants Jérôme Hoarau, Fabrice Mauléon, Julien Bouret, auteurs de « Le réflexe soft skills : les compétences des leaders de demain » et fondateurs d’une « soft skill agency ». Pourquoi cet intérêt marqué pour les compétences comportementales ? Elles rendent les entreprises plus résilientes au changement.

 

Quels sont les soft skills les plus utiles ?

Les compétences techniques sont nécessaires mais pas suffisantes, estime de son côté Vik Patel, CEO de Future Hosting, dans une tribune publiée par Forbes. Cet entrepreneur américain loue les qualités d’adaptabilité des personnes « autotéliques », qui sont motivées par la soif d’apprendre et la curiosité. La persévérance et le caractère consciencieux lui semblent également cruciaux dans un univers où les salariés sont appelés à faire preuve d’autonomie. Enfin, la capacité à résoudre des problèmes n’est « pas aussi commune qu’on pourrait le penser », relève l’entrepreneur. Elle se révèle précieuse, surtout combinée aux compétences précédentes.

 

Changez votre manière de recruter !

Les compétences techniques peuvent s’acquérir, y compris chez les candidats au profil atypique ou en reconversion. D’après l’étude Tech In France, 7% des entreprises recrutent des étudiants passés par des organismes détenteurs du label Grande École du Numérique. Par conséquent, pourquoi ne pas privilégier les candidats dont les soft skills répondent aux valeurs de l’entreprise ? Cela implique un vrai changement de mentalités. Les salariés les plus prometteurs ne sont pas forcément les plus forts techniquement au moment du recrutement, mais ceux dont les compétences comportementales vont apporter un réel plus à l’entreprise.

 


Cultivez vos soft skills 

Parmi les soft skills les plus recherchés par les entreprises, on peut citer :

… soit autant de qualités pour évoluer dans un environnement de plus en plus changeant.

Si vous souhaitez les renforcer, OpenClassrooms propose des modules de formation correspondants, déclinés en plusieurs formats (cours ou parcours métier).

 


 

Étiquettes


Derniers articles



Commentaires

Votre commentaire


Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *